Photo_de_groupe_candidats_ECOLO_Region_HW400.jpg

Présentation des priorités de campagne par Jean Marot

0. Introduction

L’organisation de notre présentation de liste à Ferrières n’est bien entendu pas anodine. Ce n’est pas tant le cadre agréable de l’hôtel « A la Ferme » ainsi que les produits issus des circuits courts qui nous sont proposés qui ont motivé ce choix…
C’est davantage la symbolique d’une commune du Condroz au sein de laquelle ECOLO est parvenu, comme dans bien d’autres communes de l’arrondissement de Huy-Waremme, à convaincre les citoyens de la crédibilité et de la force de nos propositions.
L’ancrage communal, matérialisé ici à Ferrières par Lydia BLAISE (échevine en charge notamment de l’environnement, du développement durable et de l’aménagement du territoire) et Sandrine MAQUINAY (conseillère communale), est d’ailleurs fondamental dans le projet écologiste.
Nous sommes en effet convaincus qu’il faut tout à la fois penser globalement et agir localement.

1. Ancrage local

L’ancrage local d’ECOLO au sein de l’arrondissement de Huy-Waremme a d’ailleurs été nettement renforcé à l’occasion du scrutin de 2012.
C’est en effet pas moins de 46 élus communaux et provinciaux ECOLO qui sont répartis dans notre arrondissement contre 26 auparavant.
C’est donc tout naturellement que notre liste reflète cette implication toujours plus grande des écologistes dans la gestion des communes.
L’équipe que nous vous présentons aujourd’hui est composée en grande partie de mandataires communaux qui mouillent leurs maillots et mettent les mains dans le cambouis tout au long de l’année.

Le projets que nos bourgmestre et échevins mettent en place et les propositions de nos conseillers communaux s’inscrivent dans la logique des propositions d’écolo notamment pour la région : éolienne citoyenne à Villers-le-Bouillet, les nombreuses motions au sujet des invendus alimentaires (décret approuvé cette semaine au parlement wallon) ou encore la valorisation des circuits courts par exemple par la proposition récente d’un marché des producteurs locaux sur la place verte à Huy.
Nous sommes fiers de présenter une liste composée de 5 conseillers communaux (dont une ancienne bourgmestre) ainsi que d’une présidente de CPAS et d’un bourgmestre en exercice (à une place de soutien et donc non éligible bien entendu).
Les mandataires locaux ecolo travaillent d’ailleurs ensemble dans une démarche de supracommunalité. La composition de la liste symbolise cette dynamique qui doit continuer à contaminer nos partenaires politiques car elle constitue incontestablement, au-delà des clivages partisans, un levier de développement de notre arrondissement.
Notre liste, qui a été constituée dans le cadre du processus de démocratie interne et directe propre à ECOLO, allie cohésion et diversité des profils.
Des candidats âgés de 33 à 56 ans avec une moyenne d’âge de 40 ans et demi et des profils professionnels variés traversant tous les secteurs de la société (salariés, indépendants, professions libérales, enseignants, etc).
Last but not least, quelques jours après la journée consacrée aux droits de la femme, une liste respectant bien entendu une parfaite parité avec d’ailleurs deux femmes aux trois places dites stratégiques.

2. Priorités

Avec des transferts de compétence qui vont se poursuivre dans les prochaines années, la région sera toujours davantage un lieu de pouvoir déterminant pour le quotidien des wallonnes et des wallons.
Les enjeux sont nombreux et touchent de près les habitants de Huy-Waremme.

L’accès au logement, particulièrement pour les publics les plus précarisés, déjà très compliqué, va l’être rendu encore davantage avec la poussée démographique qui s’annonce.
Il faut poursuivre l’investissement dans la production de logements publics et poursuivre la rénovation énergétique du parc existant (programme PIVERT).
Il faut également diversifier les possibilités d’accès au logement : AIS, community land trust, habitat groupé, logements intergénérationnels, etc.

En lien direct avec la question du logement et de l’accroissement de la population, les solutions à proposer en matière de mobilité sont essentielles.
Il conviendra de maintenir ses solutions de transport en commun suffisantes notamment dans les zones rurales tant en Hesbaye que dans le Condroz (en particulier des gares de proximité) tout en favorisant la mobilité douce et la sécurité des usagers faibles.
De même, il faudra faire en sorte que le réseau express liégeois soit connecté à notre arrondissement, la plus grande partie des voyageurs limitant leur trajet au pays de Liège.

Alors que la précarité énergétique concerne 750.000 ménages belges, la priorité numéro 1 doit être de poursuivre les politiques énergétiques ambitieuses mises en place par ECOLO en Wallonie depuis 2009 tant en ce qui concerne l’augmentation de la part des énergies renouvelables (tant dans le cadre de la préservation du climat que d’un point de vue international, l’enjeu étant de nature géostratégique ainsi qu’en témoignent encore les évènements en Ukraine…) qu’au niveau de la réduction de la facture énergétique par l’encouragement des travaux d’isolation notamment mais également en continuant le travail de sensibilisation aux économies d’énergie.
Cette politique doit également être tournée vers les entreprises et en particulier les PME qui doivent être aidées à maîtriser leur consommation énergétique.

Dans ce contexte, il faut bien entendu soutenir des initiatives telles que l’alliance emploi-environnement qui a permis au secteur de la construction durable de résister bien plus que d’autres à la crise en créant au passage plusieurs milliers d’emploi.
Nous soutenons d’ailleurs la mise en place d’une 2ème alliance emploi-environnement en Wallonie cette fois dans le secteur de l’alimentation et de l’agriculture durable basée notamment sur les circuits courts.

Il est grand temps de réduire la dépendance de notre alimentation aux grands groupes agro-alimentaires internationaux histoire de ne plus retrouver du cheval dans les lasagne ou de la dioxyne dans les poulets… Les circuits courts, ce n’est pas qu’assurer une alimentation locale et de qualité, c’est aussi créer des emplois durables et non délocalisables en mobilisant tous les acteurs : l’agriculteur, le secteur du conditionnement, de la transformation, le transport jusqu’à la distribution. Il y a un gros potentiel de création d’emplois à chaque maillon de la chaîne. Au final, tout le monde y gagne : le producteur, les consommateurs, les intermédiaires et, last but not least, l’environnement…

3. Une démocratie renforcée

C’est bien parce qu’ECOLO n’a jamais perdu son souci de faire de la politique autrement que beaucoup d’adversaires politiques tentent de faire croire le contraire…
Les objectifs ambitieux que nous sommes parvenus à inclure dans la déclaration de politique régionale ont permis notamment d’alléger le fonctionnement des provinces, d’améliorer le fonctionnement du parlement wallon en réduisant certains frais de fonctionnement voire certains privilèges et encore en permettant, via le décret décumul, à l’essentiel des députés wallons de consacrer à l’avenir leur énergie à un mandat unique.
Dans un contexte de crise démocratique et politique matérialisée par la montée des extrêmes, nous ne tomberons pas dans le piège du court-termisme voire du populisme !
Nous ne promettons donc pas la création de nouvelles villes ni de centaines de milliers d’emplois sans chiffres crédibles et encore moins des milliards de réductions d’impôt.
La meilleure réponse à la perte de confiance qui gagne légitimement les citoyens est au contraire des propositions réalistes et crédibles qui doivent nécessairement s’inscrire dans une perspective de long terme et être portées avec humilité mais avec conviction.
Ces propositions durables visent la réduction des inégalités et de l’injustice sociale, la mise en place d’une démocratie plus participative impliquant les citoyens comme acteurs et tenant compte du caractère épuisable des ressources de notre planète.

4. Conclusion

La liste que nous avons constituée est donc avant tout une équipe soudée, indignée par les mêmes constats et convaincue que les solutions qu’offre l’écologie politique sont les seules à répondre à des défis colossaux.
Notre équipe a l’expérience de plusieurs campagnes électorales et est impatiente de se rendre à la rencontre des habitants de l’arrondissement de Huy-Waremme pour partager une nouvelle fois notre enthousiasme et les convaincre de la pertinence, de la crédibilité et de la durabilité et de la force de nos propositions.

La campagne électorale dans laquelle ECOLO va se lancer ne visera d’ailleurs pas à mettre en avant les candidats individuellement mais à porter collectivement un projet visant à transmettre à nos enfants une planète épargnée et une société plus juste et solidaire.

Les candidats hutos-waremmiens à la région :

  • Marot Jean – 1er effectif
  • Rebbouh Leila – 2ème effective
  • Granieri Franco – 3ème effectif
  • Simal Brigitte – 4ème effective
  • Maquinay Sandrine – 1ère suppléante
  • Piret-Gérard Frédéric – 2ème suppléant
  • Wollseifen Catherine – 3ème suppléante
  • Javaux Jean-Michel – 4ème suppléant

Tête de liste : Jean MAROT

33 ans, marié, papa de Victor (5 ans) et Charlotte (3 ans), avocat (depuis 2004) à Liège puis à Huy, chef de groupe au conseil communal de Huy
Foot à la Clavinoise depuis une dizaine d’années, joggeur occasionnel (challenges hesbignon et condruzien), supporter invétéré du Standard et des djappp’. Amateur de rock des années 60 et 70 (en particulier Pink Floyd, Led Zep, David Bowie, etc).
Du classique aussi : jardinage et bricolage (j’aime bien mais je suis assez mauvais).
Pour le reste, mon temps libre est essentiellement consacré la famille, histoire de prendre le temps de voir grandir mes loustics.

Priorités :
Nous sommes bien entendu conscients que nous sommes confrontés, en ce début de 21ème siècle, à des crises de nature économique et financière, et donc sociale, mais également écologique et, c’est peut-être plus récent : démocratique. Dans ce contexte, nous avons la responsabilité de combler le fossé qui se creuse progressivement entre un monde politique qui se laisse trop souvent tenter par le court-termisme voire le populisme et des citoyens qui ont l’impression d’être laissés au bord du chemin…

Je suis convaincu que les solutions que nous proposons sont de nature à restaurer le lien de confiance qui doit unir les citoyens et ses représentants. C’est le cas parce que nos solutions sont durables puisqu’elles prennent en compte le caractère épuisable des ressources de notre planètes mais aussi parce qu’elles sont tout autant crédibles et ambitieuses que portées avec humilité et sincérité.

Plus concrètement, un projet me tient particulièrement à cœur. Moi qui suis issu d’une famille d’agriculteurs du Condroz : mettre en place une 2ème alliance emploi-environnement en Wallonie cette fois dans le secteur de l’alimentation et de l’agriculture durable à l’aide notamment des circuits courts. Il est grand temps de réduire la dépendance de notre alimentation aux grands groupes agro-alimentaires internationaux histoire de ne plus retrouver du cheval dans les lasagne ou de la dioxyne dans les poulets…

Les circuits courts ce n’est pas qu’assurer une alimentation locale et de qualité, c’est aussi créer des emplois durables et non délocalisables en mobilisant tous les acteurs : l’agriculteur, le secteur du conditionnement, de la transformation, le transport jusqu’à la distribution. Il y a un gros potentiel de création d’emplois à chaque maillon de la chaîne. Au final, tout le monde y gagne : le producteur, les consommateurs, les intermédiaires et, last but not least, l’environnement…

2ème effective : Leila REBBOUH

34 ans, de Waremme, docteur en Physique.

De part sa profession, Leila est naturellement portée sur les processus de ré-industrialisation et d’économie circulaire. Pour Leila, il s’agira d’expliquer que la transition s’accompagne d’effets bénéfiques pour les générations futures. Elle est également engagée dans les combats à mener en faveur d’une plus grande solidarité collective et prône le développement des initiatives citoyennes d’entraide sociale. Vierge de tout mandat, Leila veut montrer que chaque citoyen peut s’investir en politique.

3ème effectif : Franco GRANIERI

37 ans, de Marchin, responsable projets logistiques Chez AGC Glass Europe.

Je suis conseiller communal et trésorier de la Régionale Ecolo HW. Papa de Matthieu (8 ans), Etienne (5 ans) et Maxime (2 ans). Marié depuis 2 ans, avec la femme qui partage ma vie depuis 14 ans.
Mes hobbys sont le VTT, la course à pieds et la lecture de livre en italien (qd il a le temps..).

Pour moi, faire des choix, ce n’est pas renoncer mais s’ouvrir à de nouvelles perspectives et surtout respecter son idéal.
Croire dans le collectif fait partie intégrante de mon engagement en Politique et les crises actuelles (Sociales, Environnementales et Economiques) ne pourront être résolues sans courage Politique.
Relocaliser l’économie, n’est pas un acte révolutionnaire pour moi, mais un acte de bon sens car importer des produits venant de l’autre bout du monde n’est pas viable sur le long terme pour la planête et surtout cela servira à relancer notre économie.

Croire dans le futur, c’est croire dans la vie et dans notre jeunesse qui ne doit pas devenir la génération sacrifiée sur l’autel de l’austérité.

Dernière effective : Brigitte SIMAL

56 ans, de Villers-le-Bouillet, dentiste.

J’ai débuté en politique en 1994 en devenant conseillère communale à Villers. Je deviendrai échevine de 2001 à 2003, puis bourgmestre de 2004 à 2006 pour redevenir échevine de 2007 à 2012. Actuellement, je suis toujours conseillère communale dans la même commune.
Mère de trois garçons (20,25, 27 ans) et bientôt grand-mère (en avril) Mes hobby : mon jardin, le yoga, le dessin et la peinture.

Si je suis entrée en politique c »est par amour pour mes enfants et mon intérêt pour la jeunesse en général. En effet, au niveau communal, mon action s’est centrée sur ces matières. Etre grand-mère me remotive et me donne une nouvelle énergie pour retourner au combat pour l’avenir de notre planète. Car seuls les partis verts proposent de nouvelles alternatives et ont la volonté de changement. Les vieilles recettes de croissance ne marchent plus et la mondialisation nous oblige à considérer les enjeux globaux tout en agissant localement. « Il ne s’agit pas de sauver la planète ou de nous sauver, il s’agit de nous sauver avec la planète » voilà l’urgence bien citée dans le manifeste d’ECOLO.

Nous vivons dans une société où les technologies permettent à quelques-uns de s’enrichir effrontément en pillant notre patrimoine naturel sans considération pour notre belle planète.
Nous vivons dans une société où en jouant avec des chiffres sur un écran quelques uns s’enrichissent alors que des milliers se retrouvent sans travail.
Nous vivons dans une société où l’argent achète tout alors qu’il n’est rien même plus un morceau de papier, bientôt seulement une carte avec une puce.
Tout est virtuel, même les amis.

Je lance un appel à la jeunesse non pas pour renoncer au progrès mais pour décider de son avenir. Notre planète est si belle ! Elle vaut la peine qu’on se batte pour elle.

1ère suppléante : Sandrine MAQUINAY

32 ans, de Ferrières, enseignante et assistante parlementaire.
Conseillère communale et provinciale.

Notre société connait actuellement différentes crises : économique, sociale et écologique. Cet état n’est pas une fatalité. Écolo propose des solutions nouvelles et durables. Les valeurs que je défends – le respect des différences, la justice sociale et l’émancipation – dans mes mandats de conseillère communale et provinciale, je souhaite à présent les défendre également en étant candidate aux prochaines élections régionales. Mes priorités seront la jeunesse (des mesures concrètes pour l’emploi des jeunes, un enseignement de qualité pour tous, développer l’accueil de la petite enfance) mais aussi la santé (alimentation de qualité, lutte contre les pollutions) et l’accès au logement.

2ème suppléant : Frédéric PIRET-GERARD

43 ans, de Hannut, Architecte – Conseiller en prévention, Conseiller Communal.
Papa (famille nombreuse monoparentale) de Laure, Pierre et Alix (19, 17 et 12 ans)
Hobby : bricolage, balades, reiki.

ECOLO est le seul parti qui pour moi apporte des solutions durables dans le respect des biens communs.
ECOLO met au cœur de son action l’émancipation de notre société, l’épanouissement de chacun et la construction d’un avenir responsable ! Pouvoir dessiner nos « demains » sur des bases solides et solidaires ça renforce notre confiance et notre motivation !
Choisir de mettre son énergie à ne pas la gaspiller est un des aspects particuliers qu’ECOLO développe depuis ses débuts. Avoir des logements et des lieux de vie bien isolés, c’est bon pour la planète, c’est bon pour notre qualité de vie et c’est bon pour notre économie personnelle, régionale et locale.
Ecolo pour moi, est un parti des solutions nouvelles ancré dans son temps et porteur d’avenir.

3ème suppléante : Catherine DUBRU-WOLLSEIFEN

43 ans, de Geer, enseignante, responsable de l’équipe de réflexion pédagogique à St-Barthélemy à Liège, licenciée géographie, indépendante complémentaire en élevage d’ovins.
Présidente du CPAS de Geer. Co-secrétaire de la régionale de HW depuis 2013.
Aînée d’une famille de 7 enfants, mariée et mère de 4 enfants (de 12 à 20 ans).
J’aime le mini-foot et le jogging. Je suis passionnée par le jardinage, le bricolage et la lecture.

Au niveau de la politique régionale, mon cheval de bataille est celui des problématiques liées à l’énergie. La réduction de la consommation et donc de la facture des ménages doit être prioritaire dans les années qui viennent. Il faut par exemple poursuivre et renforcer la mise en œuvre des mesures de soutien telles que les primes énergie ou l’Ecopack. Mon travail de présidente de CPAS me montre au quotidien combien l’enjeu est important au sein des populations précarisées. Dans un autre axe et à une autre échelle, la poursuite de la transition vers le renouvelable m’apparaît comme cruciale afin de limiter les risques environnementaux et d’accroître notre autonomie énergétique.

Aujourd’hui, c’est avec conviction que je me présente à une place de soutien sur la liste Ecolo pour les élections régionales de 2014. J’ai à cœur de poursuivre le travail entamé lors de la campagne de 2009 : celui de promouvoir l’écologie politique dans ma région. L’avenir de mes 4 enfants me pousse à m’investir en politique. Quels que soient les enjeux, Ecolo m’apparaît toujours, et de plus en plus, comme la seule force politique qui apporte aux crises que nous traversons des réponses globales et sur le long terme.
Mon travail de terrain enrichit aujourd’hui mon profil de 2009. C’est avec beaucoup d’intérêt et de motivation que je sortirai de ma commune pendant 2 mois pour défendre et discuter du programme Ecolo avec les citoyens.

Dernier suppléant : Jean-Michel JAVAUX

46 ans, d’Amay où j’habite depuis ma naissance.

Marié et amoureux d’Aurélie, directrice de crèche, papa de 4 enfants (Théo, 12 ans qui joue dans les nuages, Lola, 11 ans, Augustin, 9 ans et Basile, 6 ans.)
Licencié en Sciences Politiques et Relations Internationales de l’ULB, spécialisation en Politique Internationale de l’University of Hull. Graduated de la Fillmore High School, New York .

Bourgmestre d’Amay depuis 2006 réelu en 2012 avec 54,41%.
Conseiller Communal d’Amay depuis 1994.
Président du Conseil de la jeunesse de 1997-1999
Député Wallon et Communautaire, président de la Commission Affaires Intérieures,tutelle sur les Communes et Intercommunales et Fonction publique de 1999 à 2003
Co-président et Porte-parole d’Ecolo de 2003 à 2012 avec successivement Evelyne Huytebroeck, Isabelle Durant et Sarah Turine.

Hobbys : Passionné de foot, du Standard, de Liverpool, des Diables Rouges et du club où je joue toujours le samedi après midi en vétérans (Jehay-Amay).
Passionné de voyages, de Concerts, d’excursions familiales en plein air (en vélo ou à pied), de ski (sur neige et sur eau), de Vins, de blind tests, de lectures historiques et de BD’s entre autres…

Les nouveaux défis de société demandent de nouvelles réponses novatrices, inédites, courageuses et durables. Les politiques ne sont pas là pour donner l’illusion qu’ils créent eux mêmes des emplois mais pour assurer un cadre propice à un développement économique et social durable, respectueux du cadre en vie, en articulant les différentes fonctions collectives.

Nous avons besoin de vision et d’audace plutot que de politiques qui essaient d’éviter les difficiles débats de société. Vieillissement positif de la population et la place de nos ainés dans la société; efficience et sobriété énergétique comme atouts économiques; réponses de terrain à l’ augmentation gigantesque de la précarité liée aussi aussi aux nouvelles politiques d’exclusion du chomage; soutien et accompagnement aux jeunes indépendants qui vont créer les futures success stories Liégeoises; politique de Quartiers et des voisins pour recréer plus de lien social et lutter contre l’insécurité…

« La crise, disait Gramsci, c’est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître». Nous n’avons plus d’excuses : du neuf et du souffle, il y en a partout.

Les utopies concrètes et les esquisses novatrices se multiplient à la vitesse que requièrent les défis que nous avons à affronter.
Plus que jamais, les vieilles recettes du passé ne pourront plus répondre aux défis de demain.
Plus que jamais, l’innovation et la créativité apporteront de nouvelles réponses à ces nouvelles questions sociétales.

Notez nos prochains rendez-vous :

  • 30/04 : Marchin : la reconversion industrielle, état des lieux, diagnostic et prospective.
  • 04/05 : Grande ballade à vélo à travers les communes de Villlers-le-Bouillet, Saint-Geoges et Flémalle sur le thème de la mobilité en présence de Philippe HENRY.
  • 08/05 : Huy : Evénement politico-festif sur le thème de l’alimentation durable en présence d’Emily HOYOS.
  • 13/05 : Waremme : Conférence-débat sur l’Europe en présence de Philippe LAMBERTS.

L’équipe de campagne :

Jean-François RAVONE –
Directeur de campagne –
0495 28 43 84 –
jf.ravone@skynet.be

Sarah SCHLITZ –
Permanente –
0472 42 87 83 –
Sarah.schlitz@ecolo.be

Share This